Actualités Ageprim

Un larvotto totalement nouveau, totalement beau

UNE PLUS GRANDE HARMONIE

D’un point de vue esthétique, le projet vise à harmoniser les façades des magasins. De larges baies vitrées montées sur des châssis modulaires permettront de les adapter en fonction des besoins et des conditions climatiques afin d’ouvrir ou de fermer les intérieurs. Il s’agira d’un complexe moderne basé sur une architecture “contemporaine mais non agressive”, pour reprendre les termes de Marie-Pierre Gramaglia, et d’une plage “plus grande, plus large et plus généreuse”. Ses propos sont corroborés par la disparition de l’épi central caractéristique de la station balnéaire du Larvotto, qui divise actuellement le bassin en deux zones. La plage prendra donc la forme harmonieuse d’une baie d’un bout à l’autre.

UNE PROTECTION PLUS EFFICACE

Parallèlement à l’élévation des magasins, comme nous l’avons mentionné plus haut, le gouvernement prévoit également d’installer une sorte de barrage sous-marin conçu pour les géobags. Ils seront invisibles depuis la surface mais briseront la houle et rendront le bassin plus calme lorsque les conditions météorologiques sont difficiles.

LES MODIFICATIONS APPORTÉES AUX POINTS D’ACCÈS

Enfin, il faut noter qu’il n’y aura plus d’accès direct à la plage depuis le parking du Larvotto. Afin d’éviter que les véhicules, en particulier les véhicules de livraison, ne circulent dans la rue piétonne qui borde les magasins de la rive, une voie souterraine spéciale sera construite derrière les magasins, entre le parking du Larvotto et les magasins eux-mêmes. Les piétons qui garent leur véhicule sur le parking devront utiliser des escaliers, des ascenseurs ou des monte-charges pour atteindre le niveau de la rue avant d’utiliser les autres points d’accès pour descendre à la plage.

ACHÈVEMENT D’ICI 2022

Les travaux, gérés par le département des travaux publics, commenceront à la fin de l’été et se poursuivront jusqu’en 2022. Pendant la saison estivale 2020, la plage fonctionnera en “mode réduit” pour reprendre les termes du ministre de l’Économie et des Finances, Jean Castellini, qui précise que les commerçants “seront indemnisés” pendant les différentes phases des travaux.

PORTIER LARVOTTO : UNE MÉTAMORPHOSE

Quels changements les travaux de la rue du Portier et du rond-point vont-ils nous apporter ? Quels sont les objectifs ? Ce sont des questions que beaucoup de gens se posent, et nous allons tenter d’y répondre dans les pages qui suivent. La rue du Portier aura bientôt un tout autre visage, tandis que le rond-point retrouvera ses espaces verts. Mais un autre chantier est sur le point d’ouvrir à proximité : le projet de rénovation du Larvotto, qui a été récemment présenté par le gouvernement. Une véritable métamorphose est en cours dans ce district qui est appelé à devenir la porte d’entrée de l’extension offshore.

Parallèlement à la construction de l’extension en mer, Le Portier et Le Larvotto subissent ou vont bientôt subir de profondes transformations. Au rond-point du Portier, les travaux se poursuivent activement afin de créer de nouveaux accès pour l’extension en mer ou dans le cadre de celle-ci, ainsi qu’un bassin de rétention des eaux pluviales. À terme, le rond-point sera replanté, mais il ne comportera plus la fontaine qui s’y trouvait auparavant. La rue du Portier fait l’objet d’un vaste projet d’embellissement en voie d’achèvement, qui transformera sa partie basse en une rue semi-piétonne qui améliorera à la fois son aspect esthétique et sa sécurité, et surtout cachera les côtés de la dorsale. Grâce à ces travaux, les établissements de restauration disposeront de terrasses encore plus attrayantes, avec de grandes fenêtres qui pourront être ouvertes en saison.

LARVOTTO : FERMETURE “ORGANISÉE

Le mois dernier, le plan de réaménagement du Larvotto a été présenté par les ministres Marie-Pierre Gramaglia et Jean Castellini. Ce projet a été un sujet de discussion fréquent entre le gouvernement et le Conseil national ces dernières années. Différents souhaits ont été exprimés, comme l’embellissement et la rénovation du site, la protection des installations en cas de tempête ; le tout, bien sûr, dans le respect des objectifs de transition écologique et énergétique de la Principauté. Les travaux commenceront cet automne, avec des fermetures jusqu’en juin 2020. La zone sera ensuite rouverte en juillet-août et sera à nouveau fermée entre septembre 2020 et juin 2021 avant la réouverture de la plage et des commerces, prévue pour la saison 2021. Toutes les rénovations devraient être achevées au début de l’année 2022.

RESTAURANTS : UNE ACTIVITÉ QUI DURE TOUTE L’ANNÉE

Tous ces travaux permettront de protéger plus efficacement la plage contre les tempêtes, avec des brise-lames placés entre les digues existantes. En outre, ils “offriront des zones commerciales de meilleure qualité et plus attrayantes, avec une architecture contemporaine simple et pure conçue par l’architecte Renzo Piano, en accord avec l’extension offshore du Portier”. Dans le même temps, les restaurants disposeront de salles intérieures qui seront ouvertes toute l’année.
Ce projet extrêmement ambitieux, pour lequel des dizaines de millions d’euros seront investis, dont une partie couverte par l’Anse du Portier, prévoit l’agrandissement des espaces publics, notamment plus de 15 000 m² sur la promenade supérieure, avec des zones abritées, des espaces arborés et une aire de jeux pour les enfants, sans oublier la piste cyclable de plus d’un kilomètre intégrée à la promenade. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) Sur le plan énergétique, l’énergie solaire a été prévue pour produire 120MWh par an, soit plus de 80% de la consommation pour l’éclairage public, tandis que la boucle thalasso-thermique permettra de chauffer et de rafraîchir le quartier, y compris les boutiques de la station balnéaire.

ATTRACTIVITÉ AMÉLIORÉE

Autant dire qu’à l’aube de la nouvelle décennie, et avant même que les travaux d’extension offshore ne soient terminés, tout ce quartier de la Principauté aura un aspect plus moderne et plus fonctionnel, ce qui renforcera son attractivité.

Cet article a été initialement publié dans l’édition de mai-juillet 2019 de la Gazette de Monaco.